27.12.10

La femme qui n'a plus 20 ans depuis longtemps

E este poema que tem cada vez mais sentido... O Cunningham, em "Ao cair da Noite", fala das personagens que têm quarentas (uma delas 44, como eu) como pessoas de "meia idade". Ou o mato ou ouço este Sarah...



La femme qui est dans mon lit
N'a plus 20 ans depuis longtemps
Les yeux cernés
Par les années
Par les amours
...Au jour le jour
La bouche usée
Par les baisers
Trop souvent, mais
Trop mal donnés
Le teint blafard
Malgré le fard
Plus pâle qu'une
Tâche de lune


La femme qui est dans mon lit
N'a plus 20 ans depuis longtemps
Les seins si lourds
De trop d'amour
Ne portent pas
Le nom d'appas
Le corps lassé
Trop caressé
Trop souvent, mais
Trop mal aimé
Le dos voûté
Semble porter
Des souvenirs
Qu'elle a dû fuir


La femme qui est dans mon lit
N'a plus 20 ans depuis longtemps
Ne riez pas
N'y touchez pas
Gardez vos larmes
Et vos sarcasmes
Lorsque la nuit
Nous réunit
Son corps, ses mains
S'offrent aux miens
Et c'est son cœur
Couvert de pleurs
Et de blessures
Qui me rassure

3 comentários:

Anónimo disse...

L-I-N-D-O!!!

kimmi

Maria de Fátima disse...

umm bom 2011 !!!

Carlos Pires disse...

Há tempos o meu filho, ao responder a uma pergunta sobre uma nova professora, disse "é como tu, de meia idade". Comecei por ficar chocado, mas depois impôs-se esta evidência: com 40 e tal, se estiver literalmente na meia idade não será nada mau!